https://www.facebook.com/greluchesetfanfreluches   https://twitter.com/greluches06   https://plus.google.com/u/0/110934735948668225351/posts   https://instagram.com/greluchesetfanfreluches   https://www.pinterest.com/greluches/   https://www.youtube.com/channel/UCyGVh1ISnyo_sSez25UVK7Q   https://www.bloglovin.com/blogs/greluches-et-fanfreluches-4446697   greluches06@gmail.com

lundi 17 juin 2013

EN MODE BAC


Surveiller le bac. Faut être vigilant. C'est dur le bac, tu sais.  Le yeux rivés sur chaque candidat. Chacun son tour. Le scruter. Haut, bas.



On s'occupe aussi, l'esprit, les mains. Trois heures. Tout y passe. L'œil est sollicité. Il s'autonomise, se systématise. Il parcourt, va, vient. Suspicion. Du moins, on prétend.  Décorum, tu comprends...

Alors on compte. C'est pourtant pas les maths aujourd'hui . On compte comme on compterait les moutons, pour rester éveillée,  pour pas sombrer. Ca ferait mauvais genre.

Les chignons, tiens.

Effectif: 27. Chignons: 5. Fiers, hauts, mais fragiles. "Messy", qu'on dit. C'est plus un exam, c'est un concours. Elle, là: majestueux, à la limite du front, les flancs lissés à la brosse, un peu de gel pour peaufiner. C'est sûr, elle l'a travaillé! Et puis les boucles qui se dessinent négligemment au milieu de cette rectitude capillaire. L'antithèse se fait chignon. Le "messy bun", ça s'appelle.

Et puis y'a les jupes. Les longues, je veux dire. Les courtes on s'en moque un peu. Désolée, binôme quadra, la jupe courte ça ne compte pas. Maxi ou midi; prends parti, merde! Midi? C'est un peu trop tôt. T'avais quel style a 20 ans toi? T'avais du style déjà? T'aurais mis une midi? Pas moi. Tant pis! Pas de mention. Bien. Maxi alors? Toi là, je t'avais vue monter les escaliers. T'étais un peu en retard, non? Moi aussi. Toi aussi t'as une maxi. La mienne elle est noire, fluide. Je marche dessus. Pas toi? Oh, et tant pis! Je voulais te dire: elle me fascine ta jupe. Tu l'as agrémentée d'un top blanc, manches courtes, moulant. Mais c'est pas la question. Ta jupe. Elle est fleurie. Pas Liberty. Pas de grosses fleurs d'ailleurs;  juste milieu; le comble pour une maxi. Orange, blanc, rose, vert, fond noir. J'avais des rideaux comme ça. Non non, je ne me moque pas. J'admire. Scarlett 2013. Et puis t'as tout compris. Y'en a marre de se la jouer girly. Alors ce matin t'as décidé de mettre tes tennis blanches. Rapport au top. C'est pas un rappel, juste une allusion. J'ai compris. Validée.

Je sais, je sais, j'ai dit pas de mini. Mais quand c'est une robe, on a le droit non? Entrée tonitruante. T'es en retard non? Mais tu t'en moques, n'est ce pas? Tas raison; elles font comme ça les vraies stars, bac ou pas. Et l'important est ailleurs. Alors c'est quoi? "Body con". Oui, oui, c'est ça. Elle épouse ta silhouette petite  /pə'ti::t/ . So British. Et les fleurs délavées, ça fait enfant alors que ta robe elle t'éloigne de ton enfance, en vrai. Mauvais timing: ni oral, ni homme ici. C'est pas grave t'apprendras à ruser. Plus tard, plus tard. T'as le temps.

Je fixe vos pieds. Je suis pas fétichiste. Je ne m'endors pas non plus. Je compte. Cinq. On est cinq sandales. Salomé. Le minimalisme fait chaussure. On est pieds nus, à la lanière près. Nos chevilles sont sublimées. Elles sont déjà en vacances on dirait. Y'a juste cet interminable examen qui nous casse les pieds.

Robes blanches: deux. Toi là-bas: col haut, ouverture dans le dos. Tendance été 2013. Check. Accessit: sans les bretelles noires de ta lingerie, t'aurais tout gagné, poupée. Peut mieux faire.

Du hors sujet çà et là, bien sûr. Des faux pas. Correction bienveillante mais faut pas exagérer. Le rose fluo de ta chemise sans manches, je dis non. L'imprimé léopard de ta blouse ("la blouse"! Elle est pas décédée en 2012, celle là?) bordures beiges, manches bouffantes, je dis NON! Ta chemise à carreaux ouverte sur ton débardeur noir, c'est encore non! Ton pantacourt resserré à mi-mollet. T'es sérieuse? NON NON NON. Trait rouge. Pas de pitié.

Y'a bien 20 mecs. Mais: short, baskets, jogging... "Candidats refusés". 

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire