https://www.facebook.com/greluchesetfanfreluches   https://twitter.com/greluches06   https://plus.google.com/u/0/110934735948668225351/posts   https://instagram.com/greluchesetfanfreluches   https://www.pinterest.com/greluches/   https://www.youtube.com/channel/UCyGVh1ISnyo_sSez25UVK7Q   https://www.bloglovin.com/blogs/greluches-et-fanfreluches-4446697   greluches06@gmail.com

mardi 24 avril 2018

TUESDAY TUNE (V) : "NICE FOR WHAT" by DRAKE


Je me préparais un matin, le doigt entre le sèche-cheveux, le tube de mascara et le pavé tactile de mon ordi.

YouTube suggérait alors je consentis, comme souvent d'ailleurs.



Me voilà, à 6h37 et des poussières, m'enjaillant sans retenue et exultant à la vue de cette ode à la femme noire, plus quelques quotas.

Un panthéon de féminité qui ne s'excuse pas s'offrait à mes yeux et permettez que j'en fasse l'article juste pour le plaisir:



Les actrices Yara Shahidi et Tracee Ellis Ross (la fille de Diana) de "Blackish":




Le mannequin britannique Jourdan Dunn:

 



la ballerine afro-américaine Misty Copeland:





L'actrice Rashida Jones (la fille de Quincy et de "The Office"... et de "Parks and Recreation"):




L'humoriste afro-américaine Tiffany Haddish (hilarante, je sais):

 



La scénariste / actrice afro-américaine et sénégalaise Issa Rae (Diop) ("Insecure"):





L'actrice wakandaise... euh... britannique Letitia Wright ("Black Panther"):






Les somptueuses latinas Michelle Rodriguez ("Lost")  et Zoe Saldana:





Le MC Syd The Kid ("The Internet"):




L'exultation fut aussi sonore: un sample du "Ex Factor" de Lauryn Hill, une de mes obsessions du moment (voir article),  ad libitum, fait office de liant et squatte l'arrière-plan.


Enfin, peut-on omettre l'allusion en mots et en rythme à Freedia, reine de la bounce, icône transgenre et ultime emblème de cette fémininité qui ne s'excuse pas?
"Nice for what" emprunte en effet son beat épileptique à ce sous-genre du hip hop né à la Nouvelle Orléans (à qui, je vous le rappelle Beyoncé a rendu hommage à travers "Formation" et dont je vous parlais ici).
On ne peut s'empêcher de se dire Freedia, dont la voix ponctue le titre de Drake, va vraiment finir par prendre la grosse tête, et que ça ne va pas être beau à voir...

(au passage, j'aurais aimé vous instruire davantage sur la bounce, mais ne souhaitant pas choquer les âmes (trop) sensibles, je vous laisse faire vos recherches sur YouTube, tous seuls, comme des grands... Dommage, ça aurait pu être fun tout plein! Foutues âmes (trop) sensibles! ^^)


Le propos, quant à lui, est simple, mais il fallait qu'il fût réitéré:
dans "Nice for what", Drake évoque les combats quotidiens de femmes, fières et puissantes qui ne doivent leur succès qu'à elles-mêmes, oeuvrent ("workin' hard girl, everything paid for") et se construisent leur propre "mini" empire en dépit des détours qu'emprunte leur vie ("I've been peepin' on what you bringin' to the table", "you got a baby Benz"). Il leur rappelle qu'elles n'ont par conséquent nul besoin de porter le masque de la mièvrerie (ou de la gentillesse affectée, si vous préférez) qui incombe hélas trop souvent à la gent féminine (d'où le titre: " 'Gentille', pourquoi, au juste?").
Il célèbre surtout leur authenticité ("that's a real one in your reflection"), leur mépris des faux-semblants mais aussi leur sentiment d'insécurité ("with your phone out, gotta hit them angles... And you showin' off, but it's alright...")


Bref, Drake est féministe (mais ça, on le savait déjà; cf. "Girls love Beyonce" , "Make Me Proud", et tant d'autres, haha) et je crois bien qu'on tient là un hymne estival, le "Formation" de l'été '18.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire