https://www.facebook.com/greluchesetfanfreluches   https://twitter.com/greluches06   https://plus.google.com/u/0/110934735948668225351/posts   https://instagram.com/greluchesetfanfreluches   https://www.pinterest.com/greluches/   https://www.youtube.com/channel/UCyGVh1ISnyo_sSez25UVK7Q   https://www.bloglovin.com/blogs/greluches-et-fanfreluches-4446697   greluches06@gmail.com

lundi 29 juillet 2013

COUP DE GUEULE POUR FESSES A L'AIR

(by Plume de boa

Bon alors OK, c’est l’été et il fait chaud.

Maintenant qu’on a mis ça au clair, laissez-moi vous dire que ce n’est pas parce que « l’été, il fait chaud » et que la hauteur inquiétante du mercure dans le thermomètre devient le sujet de conversation numéro un des gens sans imagination QU’ON A LE DROIT DE FAIRE N’IMPORTE QUOI !!!!!

Je m’insurge, bon sang de bois et nom d’un petit bonhomme, au nom de la mode, de la mesure et du bon goût, mes maitres (dixit la fille en tee-shirt culotte avachie devant son ordi) et je tape du clavier avec frénésie sous l’assaut de souvenirs traumatisants. Des images qui n’ont cessé de choquer ma rétine au cours de ces derniers jours. Même mes ray-ban n’ont rien pu faire elles qui d’ordinaire me font pourtant voir la « vie en rose » (spéciale casse-dédi à ma fashion- sistah falblabla la hype représent’) (ridicule).

Nadine mon maitre. Parce que c’est rassurant de savoir que quelqu’un veille aux bonnes manières, et parce que j’aime le vert et les rayures.

Mais venons-en au fait : je vis dans une région dite touristique. L’étéquand il fait chaud - soyez attentif c’est important pour la suite - les côtes maritimes qui me bercent de leur houle d’azur  tout au long de l’année (lyrisme délirant) sont à leur tour bordées de milliers de baigneurs qui sentent bon le monoï et le sandwich au salami. C’est comme ça et chacun a bien le droit de profiter de ses vacances et de la mer. Je les y encourage d’ailleurs, la mer c’est beau, ça détend, elle contribue à faire de nous des gens meilleurs et bronzés. Le problème n’est pas là.

D’ailleurs, le problème ne concerne pas que les touristes, le problème il concerne tout le monde et vous vous demandez bien ce que c’est que ce p….. de problème et bien attendez un peu, je vais vous le dire moi.

Le problème ce n’est pas tant que l’été PARCE QU’IL FAIT CHAUD les gens s’habillent n’importe comment mais plutôt qu’ils le fassent n’importe où.

Alors oui : le soleil tape dur, la plage n’est pas très loin et chaque bout de tissu est voué à être marqué du sceau fatal de la transpiration. C’est un sort cruel. 

Toutefois, est-ce une raison valable pour se balader en bikini ou en short de bain dans les rues, les doigts de pieds en éventail dans ses tongs, la bouée canard sous le bras et détendu du slip et de la fesse comme si on était seul au monde ?

La question est bien sûr rhétorique. Non, on ne se balade pas quasi à poil dans les rues. Non pas parce qu’il est choquant de voir le quidam quasi nu mais parce que ce n’est pas respectueux pour les autres gens. Ceux qui ont bravé les degrés celsius pour se vêtir. Voilà, c’est dit. Au nom de la mode et de la décence. On peut bien penser que je ne suis qu’une vieille emmerdeuse trop prude mais je persiste et signe (ce billet vengeur à la plume trempée d’acide).

Croyez-le ou non, dans la vie de tous les jours, je passe pour quelqu’un de plutôt cool, pas vraiment du genre à ruer dans les brancards au moindre faux prétexte.

Mon maitre, l’autre. Parce que c’est vrai que c’est rassurant de savoir que certaines personnes ne demandent rien de plus que de se la couler douce (je suis une personne complexe).

Je ne vois pas pourquoi je devrais supporter le spectacle de personnes faisant leurs courses en maillots de bain comme si le seul fait de ne pas être chez soi abolissait toutes les règles de la bienséance. Je ne pense pas qu’enfiler un tee-shirt et un short soit au-delà du réalisable. Personnellement, je prends même plaisir à le faire. 

Même lui il s’habille un minimum pour faire les courses. Alors hein ! voilà !

Car enfin ! oui ", il fait chaud, c’est l’été. Justement : débarrassé des vieilles nippes hivernales – manteaux aux épaules constellées de pellicules, pulls gris en acrylique et autres écharpes effilochées -  notre garde-robe se fait plus joyeuse, plus audacieuse. Les robes se raccourcissent sans que nous risquions une rhinopharyngite carabinée, les sandales se couvrent de perles, de strass, de rubans… Le cuir musclé et tout-puissant de nos sacs se fait un peu oublier au profit de matières plus décontractées telles que l’osier ou le coton… Nos jupettes légères – le nouveau short s’acoquinent avec les tops les plus audacieux.

Bref : que les motifs s’épanouissent, que le lin et la dentelle recouvrent ce monde, que la couleur soit, pour que la mode vive !

C’est dit, c’est écrit et pour la peine, je vais enfiler un bas de pyjama.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire